Collusion entre la presse et l’atome

7 juin 2018

Presse, Société

logoVoici un événement qu’il est très intéressant de soulever : La Libre Belgique, journal belge francophone fort connu et le magazine Financité (périodique défendant une finance éthique et solidaire) ont arrêté leur collaboration vieille de 12 ans. Tous les trois mois, Financité était inséré dans l’édition du WE de La Libre.

Tout est parti d’un bref article au sujet du financement des armes nucléaires, dans lequel les investisseurs dans la production et l’entretien des armes nucléaires sont cités : Deutsche Bank, ING, KBC, BNP Paribas et la banque privée Degroof Petercam. Le service commercial d’IPM (pour La Libre) a enjoint, par mail, le magazine éthique de ne pas citer la banque Degroof. Voici copie du mail, relayée par Médor : « Comme vous le savez, Alain Siaens faisant partie de nos administrateurs, ne citons pas Degroof Petercam. »

Il se fait que ce M. Alain Siaens est à la fois président du conseil d’administration d’IPM (qui édite les journaux La Libre Belgique et la DH) et administrateur de Degroof Equity.

Nous sommes loin de la théorie du complot. Nous avons là la preuve absolue, s’il en fallait une, que la presse n’est pas libre en Belgique, contrairement à ce que l’on voudrait nous faire croire.

Cette information a été relayée par Médor (ici), magazine indépendant et engagé. Mais aussi, et cela vaut la peine de le souligner, par la RTBF (ici).

Je trouve particulièrement intéressant de parler de cet événement. Dans un tel contexte, comment défendre l’idée que les centrales nucléaires sont un crime contre l’humanité? Et que le discours pronucléaire pousse par conséquent à commettre ce crime? Cela fait deux mois que je me démène pour faire publier l’article « Laisserons-nous les pronucléaires s’exprimer impunément? » dans la presse « normale ». Le Forum du Soir (le 29 mai) s’est engagé à le publier. Aucune publication pourtant depuis. Je rappelle cependant que cet article a été publié les 23 et 25 avril, en ligne, par Kairos et Pour!

Heureusement, il reste des exceptions. M. Nicolas Mamdy, chef d’édition à L’Avenir, relaie cet article en ligne. Ce 7 juin, c’était même écrit en toutes lettres dans l’Avenir BW, édition papier, page 7 du cahier « Vivre en Brabant Wallon » : « L’Avenir.net, retrouvez la position de Thierry Bourgeois au travers de sa carte blanche : Laisserons-nous les pronucléaires s’exprimer impunément? » En bas de l’article en ligne (ici), rectificatif d’un article précédent, les abonnés trouvent un lien qui les renvoie vers l’article publié sur… Kairos (ici). Je ne peux que saluer le geste de M. Mamdy. Dans la DH un rectificatif a été publié le 8 juin. Je ne peux que constater qu’ils n’ont pas repris ce lien que je leur avais pourtant envoyé, alors qu’ils relayaient des propos comme quoi je « traitais les pronucléaires de criminels contre l’humanité, rien que ça ».

Nous devons arrêter les réacteurs au plus vite. L’urgence n’a jamais été aussi grande depuis leur construction, cf l’article « Gare au silence radio (actif) ». Il ne nous reste dès lors qu’une solution : se mobiliser massivement pour obtenir la fermeture immédiate des 5 réacteurs les plus vétustes et des deux derniers d’ici deux ans au plus tard. Le principal obstacle à ces mises à l’arrêt est le discours pronucléaire. Aussi répandre cette notion que ce discours est un crime contre l’humanité me semble une bonne stratégie. Je ne peux que vous inviter à relayer cet article.

Le 8 juin, les choses ont avancé. Suite à un énième mail envoyé au Soir où je leur fais part de mes doutes quant à leur capacité à publier mon article, en soulignant l’absence de liberté d’expression de la presse sur des sujets semblables, ils l’ont enfin publié en ligne comme carte blanche, ici.  Par contre, ils ne mentionnent pas la source, Kairos, ce qui est illégal. Et ne me répondent pas lorsque je leur signale cet oubli.

 

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Gareanous |
Scmh |
Un coaching personnalisé |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MON OUTIL DE SUIVI - PES ...
| Confrérie du Malt de Bretagne
| Les aventures tumultueuses ...